Laure Dominique Agniel
Laure Dominique Agniel

L'Express, 29 juin 2018

 

 

Alexandra David-Neel, exploratrice et féministe par Laure Dominique Agniel. Ed. Tallandier, 282 p., 19,90 €.

 

Ils sont légion, les ouvrages consacrés à la plus célèbre des exploratrices. Et pourtant, cette biographie épatante d'Alexandra David-Neel (1868-1969), rédigée au présent de l'indicatif, un bonheur, la montre sous un jour nouveau. Certes, elle emprunte les passages obligés du genre, de sa naissance, à Saint-Mandé, à son décès, à Digne-les-Bains, à 101 ans. Mais elle offre surtout un angle inédit, passionnant : le couple qu'Alexandra a formé, quarante ans durant, avec son mari, Philippe Neel de Saint-Sauveur, ingénieur. De sa femme, il sera "la balise, la bouée, le confident, le tourmenteur et le sauveur". Le plus à même de percevoir chez elle sa soif inextinguible de liberté. Au point de se risquer à gagner Lhassa, en 1924, capitale du Tibet alors interdite aux étrangers, qu'Alexandra David-Neel est la première femme européenne à visiter. Et de s'aventurer aussi au Népal, en Inde, en Chine. De la "jeune intrépide" à la militante féministe, cette "éternelle rebelle" renaît en majesté sous la plume vive, inspirée et très documentée de Laure Dominique Agniel.

Delphine Peras La note de L'Express : 17/20

 

 

Les Echos, 19 juin 2018

IDEES & DEBATS: LE LIVRE DU JOUR

 

Alexandra David-Neel,une femme d’avant-garde


Exploratrice
exceptionnelle, Alexandra David-Neel était avant tout une femme libre. Viscéralement. Le mariage, les conventions sociales, le pouvoir, la liberté… S’appuyant sur la correspondance que l’aventurière a tenue presque
chaque jour pendant quarante ans avec son mari – avec lequel elle n’a jamais vécu, mais qui a toujours été comme le point fixe de sa vie –, Laure Dominique Agniel nous fait
découvrir une Alexandra David- Neel précurseure à bien des
égards. Et nous permet, en nous faisant cheminer dans sa vie, de rêver (encore) à la lecture de son épopée. Pour notre plus grand bonheur !
L’AUTEURE Laure Dominique Agniel, spécialiste d’Alexandra David-Neel, a notamment réalisé
des documentaires pour France Inter et France Culture.
LA CITATION « Alexandra a gagné. Tout à sa joie, elle loue la sainteté de son mari, la grandeur d’âme de celui
qui […] a su dépasser les sentiments vulgaires où semeuvent les couples ordinaires : “Consentir à ce que les êtres qui vous sont proches suivent leur propre route, au lieu d’exiger
qu’ils sefassent vos satellites et gravitent autour de la vôtre, ne paschercher à entraver leur marche, mais les aid er à marcher sans trop d’encombres et de difficultés, ceci est
une grande sainteté chez un croyant ordinaire, chez un incroyant, cela devient haute sagesse et suprême
philosophie.” »
— Marianne Bliman

 

AlexandraDavid-Neel, Exploratrice et féministe
de Laure Dominique Agniel,
éditions Tallandier, 2018, 288
pages, 19,90 euros.
Tous droits de reproduction réservés
PAYS : France
PAGE(S) : 12
SURFACE : 12 %
PERIODICITE : Quotidien
RUBRIQUE : Idees et debats
DIFFUSION : 123636
JOURNALISTE : Marianne Bliman
19 juin 2018 - N°NC

 

Libération 26 juin 2018

 

Alexandra David-Néel, l’exploratrice explorée
Elle est de l’étoffe des aventuriers qui font vibrer l’adolescence exaltée au-delà des pages d’un
livre. La jeune Alexandra David-Néel, née Louise David, avait elle-même cultivé cette quête de
sensations en dévorant des Jules Verne. Elle parvint à devenir une exploratrice plus admirable
qu’un personnage de roman en étant la première Européenne à entrer, en 1924, dans Lhassa, au
Tibet. On fête le 150e anniversaire de sa naissance, le 24 octobre 1868 à Saint-Mandé, avec
plusieurs publications : biographies, son roman de jeunesse inédit le Grand Art (au Tripode en
octobre) et le récit de deux écrivains qui sont allés où elle a été.
C’est une forme de fétichisme, peut-être, qui guide certains passionnés dans les lieux où vécut
leur sujet. S’agit-il de retrouver des preuves physiques ou de se transporter dans le décor où il
évolua ? Eric Faye et Christian Garcin s’en expliquent : «Ce qui comptait, c’étaient les traces,
réelles ou fantasmées, c’étaient nos pieds dans ses empreintes, c’étaient nos yeux qui verraient à
nouveau les mêmes lieux, les mêmes couleurs, les mêmes reliefs, les mêmes bâtiments qu’elle.»

Depuis 1911, elle a quitté Tunis, où elle vivait avec Philippe et trépignait d’ennui, pour un circuit
asiatique de dix-huit mois. «Lampe de sagesse» ne remettra les pieds en Europe que quatorze ans
plus tard, après s’être imprégnée d’Asie, de bouddhisme et de langue tibétaine. Sa correspondance
avec son mari s’étend sur quarante ans. Dans sa biographie, Laure Dominique Agniel s’appuie
notamment sur cette relation épistolaire, et retrace aussi la première période, sa carrière de cantatrice, son profond intérêt pour le bouddhisme, sa participation aux mouvements féministes.
Au Congrès des femmes italiennes à Rome en 1906, elle prononce ainsi un important discours, le
Féminisme rationnel. «Toutes celles-là qui ont vécu par elles-mêmes, sans faiblesse, sans tendre
la main, sans solliciter d’appui, toutes celles-là ont porté le premier coup à l’ancien ordre des
choses consacrant notre incapacité sociale. C’est cette brèche qu’il faut élargir.» Alexandra est
faite de ce bois-là, et d’un entêtement hors du commun.
Rendus sur place, Eric Faye et Christian Garcin constatent que la situation a bien changé depuis
quatre-vingt-quinze ans. 
URL : http://www.liberation.fr/
PAYS : France
TYPE : Web Media en Ligne Grand Public
26 juin 2018 - 22:00 > Version en ligne
bouddhisme, elle a trouvé un remède puissant pour aider l’homme à supporter la vie qu’il
s’impose ; et en cela, elle a été d’avant-garde sans le savoir et reste toujours d’actualité, à l’heure
où nos librairies débordent de "feel good books", d’ouvrages de développement personnel ou de
bien-être.»
Frédérique Roussel
Éric Faye et Christian Garcin Dans les pas d’Alexandra David-Néel , Du Tibet au Yunnan Stock,
315 pp., 20 €.
Laure Dominique Agniel Alexandra David-Néel exploratrice et féministe Tallandier, 288 pp.,
19,90 €.
Tous droits de reproduction réservés
URL : http://www.liberation.fr/
PAYS : France
TYPE : Web Media en Ligne Grand Public
26 juin 2018 - 22:00 > Version en ligne

 

itée sur FRANCE INTER lundi 4 luillet 2016 entre 16h et 17h dans l'émission "Le temps d'un bivouac"

Réécouter l'émission ici

https://itunes.apple.com/fr/podcast/voyage-dans-les-sables-les/id668983908?i=1000372008084&mt=2 

ou encore ici:

 https://www.franceinter.fr/emissions/le-temps-d-un-bivouac/le-temps-d-un-bivouac-04-juillet-201S : Invitée sur FRANCE INTER lundi 4 luillet 2016 entre 16h et 17h dans l'émission "Le temps d'un bivouac"

Réécouter l'émission ici

https://itunes.apple.com/fr/podcast/voyage-dans-les-sables-les/id668983908?i=1000372008084&mt=2 

ou encore ici:

 https://www.franceinter.fr/emissions/le-temps-d-un-bivouac/le-temps-d-un-bivouac-04-juillet-2016

Article de Hubert Huertas, paru dans Mediapart le 11 août 2016

 

Paul Gauguin l’anticolonialiste

11 AOÛT 2016 | PAR HUBERT HUERTAS

C’est un livre qui ressemble à son sujet. Il échappe à tous les poncifs. Gauguin aux Marquises de Laure Dominique Agniel nous raconte un artiste incontournable, qui brûle ses derniers jours dans un chapelet d’îles aujourd’hui à la mode. Il en ressort le portrait brut et parfois brutal d’une force de la nature, d’une époque, et d’un peuple piétiné par la colonisation.

 

Laure Dominique Agniel a longtemps été journaliste, et cela se lit dans le ton de son récit. Non pas que le style sacrifie au parti pris du sujet-verbe-complément, il est dense au contraire et jamais boursouflé, mais son approche est celle du reportage. Elle fait revivre un homme, une société, une époque, une planète, et des rapports de force qui résonnent au présent, quasiment dans l’actualité. Il y a dans son Gauguin des impatiences, des emportements, des exaltations, des désespoirs, des échecs, et des révoltes éternelles. Avec cette chronique d’une existence parfois chaotique, tout entière vouée à la peinture mais qui s’achève dans un combat social perdu, Laure Dominique Agniel évite les travers qui pouvaient guetter son sujet : l’hagiographie d’un génie, et la peinture couleur locale des îles Marquises devenues, depuis Jacques Brel, le mythe incontournable des envies d’évasion.

 

 

Paul Gauguin a ramé toute sa vie, en tant que marin dès l’âge de 17 ans, puis en tant que peintre à temps complet à partir de 33 ans. Ses tableaux, qui atteignent aujourd’hui des valeurs marchandes inimaginables, ne valaient pas un clou à son époque, sauf durant les deux dernières années de sa vie, aux Marquises, où ils rapportaient quand même le montant d’une petite rente.

Ce qui le distingue de la longue liste des artistes maudits, c’est son côté Sisyphe. Il se fait en se défaisant, et tout se défait autour de lui dès lors qu’il se croit établi. Il n’aspire qu’à s’installer, à l’abri, mais il étouffe quand il se pose quelque part.

Il est le petit-fils d’une femme extraordinaire, sa grand-mère maternelle Flora, née au Pérou d’un aristocrate descendant des conquistadores. Cette Flora ne connaîtra pas son père, mort quand elle avait 4 ans. Elle grandira comme elle pourra, se mariera avec un graveur parisien qui lui fera trois enfants (dont la mère de Paul Gauguin), la battra, et tentera même de l’assassiner d’une balle dans la poitrine. Comme son petit-fils, elle s’engagera un jour sur un navire, écrira un journal de voyage à succès, Pérégrinations d’une paria, rencontrera Proudhon, s’indignera de la condition des ouvrières, créera une union de défense qui préfigure les futurs syndicats. Elle mourra en 1844, à 41 ans, quatre jours avant la naissance de Paul…

L’autre révolté dans l’ascendance du futur peintre sera son père Clovis, journaliste politique, qui décida de fonder un journal dans le berceau familial, le Pérou, où vivait toujours la famille de sa femme. C’est ainsi qu’à l’âge d’un an Paul Gauguin découvrit la lumière du grand Sud, puis du Pérou, sur le pont d’un bateau. Clovis mourra pendant le voyage, et c’est donc un orphelin qui arrivera au port, et grandira dans un pays lointain qu’il n’oubliera jamais. Déjà la vocation, au milieu d’une catastrophe qui fracasse un projet d’établissement lointain…

Ces allers et retours permanents entre l’exaltation des grands desseins et les pesanteurs du quotidien sont la trame de ce récit-reportage. Ils cheminent entre les lignes de ces 220 pages : d’abord dans le portrait de l’homme privé, écartelé entre son amour pour la famille et sa passion pour le grand large et la peinture, qui le conduit à quitter sa femme et ses cinq enfants. Ensuite dans ce besoin vital de participer, aux côtés de ses contemporains, à l’histoire de son siècle tout en voulant s’en échapper : cette tentation des îles est une tentation de Venise qui l’amènera à fuir la “civilisation”. Enfin, dans les dernières années de sa vie, quand Gauguin apaisé par les Marquises sera rattrapé et combattu par l’Europe qu’il a cru mettre à distance, il comprendra qu’il s’est épris d’une culture en voie d’extinction, dévastée par la colonisation. Paradoxe ultime : alors qu’il était parti pour trouver la lumière qu’il cherchait dans ses tableaux, il cessera pratiquement de peindre pour essayer de sauver la population locale dans laquelle il se fondra désormais.

L’intérêt du livre de Laure Dominique Agniel est de raviver la force d’un géant du monde de l’art sans rien dissimuler des petitesses, des doutes, ou des fragilités de l’homme qui aimait sa maison et les voyages, les îles du bout du monde et les cafés de Paris, la vie sauvage et la colère de ne pas être reconnu, son épouse et la cohorte de celles qu’il a aimées, ses enfants légitimes et les illégitimes. Matelot à 17 ans, Paul Gauguin est devenu courtier à 23 ans, a épousé une belle Danoise au caractère plutôt rigide avant d’étouffer dans ce carcan et de décider, à 33 ans, de gagner sa vie à la force de ses pinceaux. Années de galère, lui à Paris, manquant d’argent, elle à Copenhague avec les enfants, qui en réclame en accusant ses “folies”, mais années fondatrices et créatrices.

C’est là que ce Gauguin aux Marquises dépasse la biographie d’un homme, fût-il exceptionnel. Gauguin a baigné dans son époque, et cette époque surgit dans le livre de Laure Dominique Agniel. Le monde des artistes peintres entre Paris et Pont-Aven, de la Bretagne à la Provence, Monet, Renoir, Sisley, Pissaro, Cézanne, l’amitié avec Van Gogh qu’il admire mais qu’il affronte, mais aussi la poésie avec son ami Mallarmé. Expositions sans suite, hiver terrible en 1886 où il devient colleur d’affiches dans les gares pour ne pas mourir de faim, Exposition universelle de Paris d’où surgit la tour Eiffel mais qui le laisse dans l’anonymat…

Il y a les peintres, le choc des impressionnistes, mais aussi ce goût du siècle pour les voyages au long cours, dans lesquels il se projette. Jack London écrit un best-seller,L’Appel de la forêt, Robert Louis Stevenson fuit son Écosse en voilier pour s’établir aux îles Samoa, Herman Melville raconte la vie des chasseurs de baleines au large des Marquises. Envie de grand large. Il tente de résister, retourne à Copenhague mais n’y tient plus. À bout de patience, de retour à Paris, il part pour le Panama mais se retrouve à piocher toute la journée pour le chantier du canal, se réfugie en Martinique, croit y trouver le bonheur, rêve d’y faire venir sa femme et ses amis peintres, mais rentre en France, persuadé qu’il a trouvé la lumière et que ses tableaux vont s’arracher. Échec encore, rage impuissante et fureur de repartir pour se perdre ou se trouver.

En 1889, à l’âge de 45 ans, il découvre Papeete. Mais, là encore, l’éblouissement va faire long feu. Lors de son second séjour, lui qui cherche la vie sauvage ne trouve que la France en guerre pour mater les populations locales. Déçu et révolté, il rédige une interview imaginaire, qui sera son premier texte anticolonialiste. Dans ce document, il fait parler un Maori, face aux colons français : « Aussitôt que vous vous installez quelque part, tout est à vous, le sol et les femmes que vous quittez deux ans après avec un enfant dont vous n’avez plus le souci… Nous connaissons de longue date vos mensonges et vos promesses. Des amendes, de la prison aussitôt qu’on chante, tout cela pour nous donner de soi-disant vertus que vous ne pratiquez pas »

Écœuré, il refait ses valises, pour fuir encore plus loin, vers un monde vraiment premier. Ce sera les îles Marquises, et une fois encore il butera sur la contradiction de Sisyphe. Le bonheur, l’éblouissement, mais la révolte encore plus grande, et la mort au bout du voyage.

Des îles Marquises qu’elle connaît pour y avoir vécu, Laure Dominique Agniel ne dessine surtout pas le tableau d’un paradis sur terre. Aucun rousseauisme dans cette beauté sauvage, où l’on pratique ici et là des formes de cannibalisme quand Gauguin y débarque. Le climat si paisible peut devenir cataclysmique, la pluie déprimante, mais le peintre s’y installe et s’y sent bien au milieu d’hommes et de femmes aimables et pour qui les plaisirs sont le contraire d’un péché. Il bâtit sa maison, « la maison du jouir », et se sent devenir un îlien parmi les îliens, surtout quand on lui donne le nom local de « Koke ». Il peint chaque jour et ses tableaux sont des chefs-d’œuvre aboutis.

Mais rapidement le nouveau Marquisien s’identifie aux Marquisiens de souche et se fait leur avocat. Il ne peint quasiment plus, mais il écrit beaucoup. Il s’adresse à toutes les autorités possibles, locales, régionales, nationales. Il se plaint de la mise en coupe réglée des îles, des interdictions de chanter et de danser, de l’archevêque, du gendarme qui verbalise à tour de bras, des impôts pour payer des routes qui n’existent pas.

Alors qu’en France ses tableaux commencent à retenir l’attention d’un public encore restreint, mais qui ne cessera de s’élargir, alors qu’il pourrait rentrer et recueillir au moins les premiers lauriers d’une gloire naissante, il s’épuise dans un combat politique que les autorités coloniales lui feront payer au prix fort. Poursuivi en justice, écrasé de dettes et d’amendes, il décède à l’âge de 55 ans, dans des conditions étranges. Ses objets personnels sont liquidés, ses obsèques sont escamotées, comme si la France coloniale voulait effacer jusqu’à la trace de sa mémoire.

Cent quinze ans plus tard, le gendarme corrompu, le juge acheté, l’évêque acheteur ou le préfet indifférent ont sombré dans l’oubli des Marquises, mais pas lui. De lui, le souvenir soulève encore les passions locales tandis que ses tableaux deviennent les plus chers du monde. C’est qu’il y a le peintre, universellement célèbre, et le combattant infiniment moins connu.

Le mérite de Laure Dominique Agniel est de l’avoir ressuscité…

 

Gauguin aux Marquises de Laure Dominique Agniel, aux éditions Tallandier,  18,90 euros.

MOTS-CLÉS

 

 

 

 

INTERVENTIONS MEDIA  pour « Et ceux qui vont en mer » (2002)


23 mai : Chaîne VOYAGE, Lionel Rouzaud,

6 juin : France 2 , CAMPUS, Guillaume Durand, 23H30

8 juin : I Télévision, Christophe Tison, Journal 13H

14 juin : France 3, invitée journal 13H, Laura Massis

15 juin :  Europe 1, Jacques Pradel. Une heure de 14 à 15H

20 juin : France Inter, Marie Pierre Planchon, 7H-7H15

16 juillet : Europe 1, Sophie Escarpula, 13H30-14H

30 août : Europe 1 , Catherine Chabaud, une heure :14H-15H

3 avril : France Inter, « L’humeur vagabonde », Kathléen Evin, une heure:20H21H

3 mai : France Inter, « Dépaysages »,  Philippe Bertrand,  une heure de 15 à 16H

18 mai : France Inter, Brigitte Palchine, 6H-6H30

31 mai : Radio Notre Dame, 11-12H

7 juin : Aligre FM, 8-10H

26 juin : Fréquence Protestante, Claude Boulanger, 14-15H

Juillet- Août : Plusieurs interventions sur le réseau France Bleu (radios locales Radio France)

13 septembre ; France Bleu, magazine 18H-19H

 

INTERVENTIONS MEDIA pour "Viens voir comment vivent les hommes"

 

9 novembre 2007:  RFI L'école des Savoirs

2 novembre 2007:  France Bleu Gilles Le Mouel

15 octobre 2007  :  France Inter Patricia Martin

9 octobre 2007    :  France 2  "100 Français face à l'école", Béatrice Schönberg

16 sept 2007       :  France Inter "Kriss crumble"

25 sept. 2007      :  France Ô : Les mots pour le dire

8 septembre 2007:  Le FigaroActualités, Anne-Noémie Dorion

8 septembre 2007:  Le Figaro Magazine Christophe Doré

6 septembre 2007:  Le FigaroLe livre du jour, Astrid de Larminat Extrait :

« Cette femme qui a sillonné le monde en se sortant des situations les plus extrêmes bute sur un obstacle insurmontable : son fils Axel est réfractaire à l'école. Le ventre noué de culpabilité, jonglant avec les contraintes de son emploi du temps de femme active, elle consulte toutes sortes de spécialistes, essaie des tas de remèdes, en vain. Alors, elle décide d'emmener son fils vivre au contact d'adolescents touaregs, inuits puis maoris... Un voyage qui achève de la convaincre des limites du modèle d'éducation occidental. »

 

30 août 2007       :  L'Express Laurence Debril

  

 

FESTIVALS


Invitée au festival « Etonnants voyageurs », Saint-Malo

Invitée à la « Comédie du Livre », Montpellier

Invitée au Salon du Livre de Boulogne (92)

Invitée au salon "Livre et mer" de Concarneau

 

Avec Pierre Rabhi, Terre & Lettres la Rochelle, avril 2014

Le temps d'un bivouac, FRANCE INTER

 

 

Invitée de Claire Chazal dans "Entrée libre" France 5, sur Gauguin et les Marquises. Livre présenté à la librairie de l'exposition  consacrée à la collection Chtoukine, Fondation Vuitton

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Dominique Agniel

Site créé avec 1&1 IONOS MyWebsite.